Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 
Le parvis de l'Eglise Saint Martin et la croix Hosannière
[Édifices et Patrimoine religieux]

Construite en 1902 par l’architecte Ballereau, elle remplace l’ancienne église dans laquelle s’est agenouillé Louis XIII, en 1622. Son clocher mesure 25 m. de haut. A l’intérieur, un vitrail représentant Saint-Martin, date du XVIe siècle. Sur la Croix Hosannière, du XIVe siècle, de 4 m de haut, un servant de messe tenant un pupitre servant à poser l’Evangile, une Vierge de Piété et une croix de Malte sont sculptés. Le porche, à droite de l’Eglise, du XVe siècle, est un vestige de l’ancienne église. En granit, elle prend la forme d’un arc brisé mouluré.

L'église est ouverte de 8 h à 19 h. L'accès se fait par la porte latérale située sur la rue Louis XIII.

 

Commanderie Saint-Jean
[Édifices et Patrimoine religieux]

Fondée au XIIIème siècle par les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, il ne reste aujourd'hui de la commanderie que la chapelle et deux batiments d'habitation qui ont subi de nombreuses transformations. Située sur la route de Bordeaux à Rouen, la commanderie avait pour ordre de secourir et de servir les pélerins de Saint Jean de Jérusalem, de Saint-Jacques de Compostelle et de Saint-Martin de Tours et, par extension, les voyageurs et les malades.

Château d'Apremont
[Châteaux]

A l'origine c'est une forteresse au Moyen Age dont on voit les vestiges sur la façade Nord dê la construction. Raoul d’Apremont est le 1er seigneur dont on a trace. Son nom apparaît dès le Xe s.  Le 1er château, construit sur le rocher surplombant la Vie, date du XIe s. Un pont levis, encadré par un rempart et des tours défensives,  permet l’accès à la forteresse médiévale. Le tout est bordé de douves. Des ouvertures hautes et étroites (archères) dans la tour, à droite du châtelet d’entrée, permettent aux archers de tirer.

Au XVe s. la forteresse passe dans les mains de la famille Chabot. Au XVIè s. Philippe Chabot de Brion la transforme en résidence Renaissance. Son architecture contraste avec celle du château fort hérité de ses aïeux. 2 tours surmontées de balcons encadrent un corps de logis ouvert par des rangées de fenêtre ; la façade est décorée de frises et médaillons. La voûte cavalière, en partie creusée dans la roche, permet d’accéder depuis la prairie à la terrasse supérieure.

En 1733, la partie centrale est vendue à la démolition par Paul-Sigismond de Montmorency-Luxembourg, alors propriétaire. La commune en est propriétaire depuis les années 60.

 

Ouvert d'avril à septembre et pour les groupes toute l'année sur rendez vous

Tel 02 51 55 27 18 ou 02 51 55 73 66

Le pont sur la Vie
[Ponts et ouvrages d'art]

Il est l’unique point de passage entre les 2 rives. L’ancien pont aux trois arches est détruit par une tempête en 1909. Sur la rive droite,  au pied du pont, le lavoir est utilisé par les lavandières jusqu’à la construction du barrage en 1966. La Vie était alors bordée de prairies, surplombées par le chemin de ronde, qui longe en contrebas l’église. Sur la rive gauche, une descente permet aux chevaux d’aller s’abreuver. Plus haut  se trouve le quartier Saint Samson.

Le petit pont mégalithique sur la Tuderrière
[Vestiges archéologiques]

Egalement appelé "Petit pont gallo romain", on y accède par le chemin creux  "des Bretons" depuis le quartier St Samson. Il est constitué d’une dalle en grès de 3.60 m, reposant sur 2 socles maçonnés. A  l’origine 2 dalles parallèles enjambent le ruisseau, la 2ème ayant cédé au passage d’un tracteur. Sa datation est incertaine, cependant des fouilles ont permis d’établir l’existence  d’un camp gallo-romain dans les 3 premiers siècles après JC sur la colline dite du Moulin des Vignes à quelques mètres d’ici. Un chemin venant du Pas-Opton, alors importante desserte portuaire, rejoint  l’ancienne nécropole à puits funéraires.

Le petit pont gallo romain est sur le circuit de randonnée "les 3 châteaux".

La Maison Dorion
[Logis et Maisons]

Au milieu du XXe siècle, le Dr. Dorion (maire en 1944) habite la partie centrale. L’aile droite accueille son cabinet. L’aile gauche abrite l’école primaire Saint-Martin (aujourd’hui disparue) et les appartements de l’instituteur, Louis Denis. Le 1er septembre 1944, 18 personnes sont prises en otages par les Allemands. Le Dr. Dorion offre, en vain, sa vie contre celles des captifs. Les soldats allemands abattent 5 hommes. Amedée Chailloux, 36 ans, instituteur de l’école publique, est le 1er à tomber sous leurs balles, à cet endroit même.

l'Audardière
[Manoirs et Seigneuries]
manoir
la Tuderrière
[Manoirs et Seigneuries]

Lavoir sur la Vie
[Patrimoine utilitaire (lavoir, four,...)]

Situé sous le pont, unique point de passage entre les 2 rives, il a été en activité jusqu'à la fin des années 60, avant la création du barrage en amont sur la Vie.

Quartier Saint Samson et Rue Royale
[Quartiers, rues et ruelles]

Il doit son nom à l’ancienne paroisse située sur la rive gauche. La rue Saint Samson est bordée de maisons (souvent anciens ateliers ou commerces) dont l’accès se fait aussi côté rue Royale (visite de Louis XIII en 1622). Le Val Fleury est au 17eme  s. le logis du Sénéchal, administrateur du domaine du seigneur. Sur la façade, sont plaquées les têtes des personnages qui figurent à l’origine à l’intérieur des médaillons vides qui subsistent sur la façade du château.

Rue de la Frairie
[Quartiers, rues et ruelles]

C’est la seule rue de ce quartier qui subsiste de toutes celles qui existaient au début du 20è s. Plus bas, la maison basse située dans l’angle présente sur le coté un linteau de fenêtre sculpté, identique aux meneaux des fenêtres du château. C’est un élément caractéristique de réemploi de pierres après la démolition du corps de logis en 1733. A côté, la 1ère école publique de filles créée par la paroisse d’Apremont en 1875, dont la direction est confiée aux religieuses; plus tard elle sert d’école maternelle, de cantine, puis est vendue à usage d’habitation.

Rue Philippe Chabot
[Quartiers, rues et ruelles]

Elle longe le rocher sur lequel est bâti  le château (façade Est). Jusqu’en 1951 à cet endroit se situent les halles, construites en 1601, à la demande de Gilbert de La Trémouille et le champ de foire. Plus haut, la porte en ogive est un vestige de la chapelle datant du XVe siècle, dédiée à Sainte-Néomaye (VIIe s.), qui victime de sa beauté, fit le vœu d’être enlaidie pour dissuader ses soupirants. A l’intérieur de l’actuelle maison il subsiste un escalier en pierre de la chapelle. Plus bas dans la rue, l’escalier de la poterne permet d’entrer discrètement au château.

Place du Calvaire
[Quartiers, rues et ruelles]

Le calvaire initialement au milieu de la place est déplacé en 1958 et est installé à l'angle de l'école Sainte Anne. Les maisons construites début XXe s. sont coiffées de cheminées rondes en briques, signature du maçon du quartier. Leur charpente provient en partie de l’ancienne église. A l’angle, en 1960 un café a servi de décor à l’équipe de tournage des Vieux de la Vielle avec J. Gabin. L’école publique, 1887. Le bâtiment a étage était pour le logement de l’instituteur. En 1944, Amédée Chailloux, 36 ans, instituteur est abattu par les Allemands. Le presbytère, construit au XIXe s. (plans de Lévêque 1849, architecte de Fontenay-le-Comte).

 
  Présentation de la cité
 
  Patrimoine
 
  Actualités
 
  Infos pratiques
 
  Offres touristiques
 
  TÉLÉCHARGEMENT(S)
 
  l'été 2014 à Mouchamps
 
  Nuits Musicales en Vendée Romane 2015
 
  circuit de randonnées de 3 châteaux
 
  Salon Vendée 2014 - logos de Chaligny
 
  Circuit d'interprétation d'Apremont
 
  Nuits Musicales en Vendée Romane 2014